Retour sur le festival ‘Ite Mata Roa de l’ESPE

L’ESPE a organisé sa 2e édition du Festival des langues et cultures polynésiennes le 23 mars 2018.

Cette mise à l’honneur du patrimoine linguistique et culturel est célébrée depuis l’ouverture de l’Institut Universitaire de la Formation des Maîtres (IUFM) en 2006, et permet aux futurs enseignants de s’inscrire dans un projet pédagogique qui prend en compte leurs compétences langagières et culturelles, ainsi que leurs aptitudes à prendre en main un groupe d’élèves du primaire ou du secondaire.

PRIX DU PUBLIC

Ils ont été près de 104 866 personnes à consulter les textes et les photographies depuis la publication le vendredi 16 mars à 13h21 jusqu’au vendredi 23 mars à 12h15 (arrêt des votes en ligne) sur le compte Facebook de l’ESPE de la Polynésie française.

Le prix du public a été décerné à la photo N°11 : à quoi me servit de tant voir et apprendre ?

La photographie s’intitule Te ’e’a  o te māramarama de la filière Master 2 Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation  2nd degré en reo tahiti.

Ce sont  766  personnes  qui  ont  cliquées sur « j’aime ».

TEXTE :

J’ai voulu voir et tout connaitre,
Alors je me suis lancee sereine
Sur le chemin vaniteux
De la Connaissance
J’ai appris et tout bu sans discernement,
Apres l’ivresse ne m’est restee
Que l’angoisse minant mon ame
Sur le chemin perilleux
De la Connaissance
J’ai cru connaitre et tout comprendre,
Mais je ne me suis qu’egaree
Sur le chemin douloureux
De la Connaissance
Pour supporter ma peine,
J’ai attendu ≪ Mon petit Bonheur ≫
N’est venu que l’egoisme
Sur le chemin solitaire de l’amour

Flora Aurima Devatine, extrait de Humeur, 1980, réédité dans le recueil Au vent de la piroguière Tifaifai, Editions
Bruno Doucey, 2016, p. 15


TAI’ORA’A N° 11 : E aha te faufa’a nō’u i te ‘ite-mata-ra’a ‘e te ha’api’ira’a ?

I hina’aro na vau e tītau i te ’ite ’e te pa’ari
’A pe’e atu ai au mā te hau.
I ni’a i te ’e’a te’ote’o
O te Māramarama
I ha’api’i na ’e i momi na vau ma te fa’ata’a ’ore
I muri i te āniania, toe noa mai ai
Te pe’ape’a e hou noa ra i tō’u ‘ā’au
I ni’a i te ‘e’a ataata
O te Māramarama
I hīro’a na vau i te ’Ite ’e te Māramarama
Ua hahi ‘ē rā vau
I ni’a i te ’e’a mamae
O te Māramarama
Nō te fa’arūma’i i tō’u ‘oto
’Ua tīa’i au i tā’u Hiamate’oa iti
’Ō ‘ā’au mi’imi’i rā tei tau mai
I ni’a i te ’e’a mo’emo’e o te aroha.

Flora Aurima Devatine, nō roto mai i te puta Humeur, 1980, ‘e te puta Au vent de la piroguière Tifaifai, Editions Bruno Doucey, 2016, ’api 15, hurihia e te mau piahi nō te piha M2 PPE2D Reo.

PRIX DU JURY

Le jury est composé de :

  • Noëlle FAAHU-VAKI, conseillère pédagogique du 1er degré ;
  • Moetai BROTHERSON, auteur et photographe ;
  • Rahiti BUCHIN, enseignant en reo tahiti ;
  • Mareva LEU, Présidente du FIFO.

Le lauréat de ce festival est  Tō’u fenua, tō’u  ’āi’a de la filière Master 1  Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation 1er degré groupe A.

TEXTE N°2 : L’île vous appelle.

On raconte que, si l’on vit trop longtemps sur une île, on se fond en elle. Les os se transforment en sable, le sang en océan. La chair devient terre fertile. Le cœur se mue en histoires, en danses, en chants. L’île fait partie de vos atomes. La terre. Les arbres. Les récifs. Les poissons. La musique. Les gens. Le soleil, la lune et les étoiles vous environnent. Vous devenez une petite parcelle de cet univers intégral que l’on nomme la vie. Vous et ceux qui viendront après vous en feront à jamais partie.
On raconte que, lorsque vous la quittez, le son des vagues reste en vous. L’odeur de la mer sans cesse vous la rappelle, éternellement. L’île vous appelle, ainsi que vos enfants, et les enfants de vos enfants. Elle vous supplie de rêver d’elle, de la connaître, pour toujours. Peu importe où vous allez, vous et vos enfant, l’île est votre demeure.
J’arrive tard dans l’après-midi, un jour de la fin de l’année 1992. Le soleil s’approche de l’horizon, dans le ciel orangé. Une brise de mer légère fait ployer les cocotiers. (…) Les vagues clapotent de chaque côté du débarcadère. L’eau miroite comme une pierre précieuse, verte et bleue semée d’éclats de lumière. Je hume l’océan, salé, doucereux. L’île s’étire devant moi comme une créature marine, aux contours doux et plats, s’élevant en son centre en une colline arrondie. C’est la première fois que je pose le pied sur Thursday Island, mais j’ai l’impression de la connaître car j’en ai tant entendu parler.

Terri Janke, La chanson du papillon, Au vent des îles, traduit de l’anglais (Australie) par Christian Séruzier, 2008, p. 6.


TAI’ORA’A 2 : E pi’i mai iho ā te fenua ia ’oe.

Tē fa’ati’ahia ra, ’ia ora maoro ‘oe i ni’a i te hō’ē fenua, e riro ‘oe mai iāna te huru. E riro te ivi mai te one, te toto mai te moana. E riro te ’i’o ‘ei ‘ī fenua. E riro te māfatu ’ei ‘ā’ai, ’ei ‘ori, ’ei hīmene. E riro te fenua ’ei hu’ahu’a nō ’oe. Te repo fenua. Te tumu rā’au. Te a’au. Te i’a. Te pehe. Nau ta’ata. E ‘āua ha’ati te mahana, te ’āva’e ‘e te fētia ia ‘oe. E riro ‘oe mai te hō’ē tuha’a iti ha’iha’i roa o teie nei ao nui reva o tē pi’ihia te ora. Mai teie nei ‘e ‘a hiti noa atu, ‘oe e tae noa atu i tō muri mai ia ‘oe, e vai noa ‘outou i roto i taua ao ra.
Tē fa’ati’ahia ra ‘ia fa’aru’e ‘oe iāna, e vai noa mai te tāvevo o te ‘aremiti i roto ia ‘oe. E fa’amehara noa mai te hau’a o te miti iāna, ‘e ‘a muri noa atu. E pi’i noa mai te fenua ia ’oe, ’e ta ’oe mau tamari’i, ‘e te mau mo’otua. E tāparu mai ’ia moemoeā ’oe iāna, ‘ia mātau iāna ‘a tau ‘e ‘a muri noa atu. ‘A reva noa atu ai ‘oe nā te ara, to ‘oe fenua to ‘āi’a ïa.
’Ua maorohia vau i taua avatea ra, i taua mahana o te hope’ara’a o te matahiti 1992.Tē topa ra te rā i ni’a i te ‘iriātai i te ra’i puātou. Tē tāhiri nei te māoa’e i te mau tumu ha’ari. Tē fēto’ito’i nei te mau ’are i ni’a i te uāhu tapaera’a pahī. Tē ‘anapanapa ra te pape mai te pereteta, matie ‘e te nīnamu pura. Tē hōho’i nei au i te miti ‘ōtaitai ’e te hau’a to’ato’a.Tē tarava ra te motu i mua iā’u mai te hō’ē tuputupua miti, te tino marū ’e te pāraharaha, ’e i tōna pū te ti’ara’a te hō’ē ‘aīvi. ’A tahi ra tō’u ’āvae e ta’ahi ai i ni’a ia « Thursday Island » terā rā, e au ra ē, ‘ua mātau a’ena vau iāna nō te mea i fa’aro’o noa na vau i tōna parau.

Terri Janke, La chanson du papillon, Au vent des îles, 2008, ’api 6, hurihia e te pupu A MEEF1.

 

D’autres photos sont à découvrir ici.

2018-06-01T08:56:29-10:0026 mars 2018|